Tous les articles par Roland Petiteau

Des vins « presque » sans sulfites

A proprement parler, les vins sans sulfite n’existent pas réellement, il s’agit de vins sans sulfite ajouté. L’ajout de soufre peut légalement intervenir à presque toutes les étapes de fabrication du vin : vendange, pressurage, encuvage, au terme de la fermentation, lors de la conservation et du stockage, avant le conditionnement… Mais lors de l’élaboration de ces vins dits sans sulfites, aucun sulfite n’a été ajouté. Cependant, lors de la fermentation du raisin, ce dernier produit naturellement du SO2 (soufre et sulfite). Les vins sans sulfites ajoutés contiennent donc une faible quantité de sulfites naturels. Découvrez sans nos vins sans sulfites ajoutés, qui s’inscrivent dans une démarche volontaire et plus respectueuse de la vigne, de l’homme et de l’environnement.

Bar de baie de vilaine

 bar
Filet de bar de baie de vilaine cuit à la vapeur
au jus d’huitres de la pointe du Bile
à l’Aneth et au citron

PRÉPARATION 30 minutes / CUISSON : 25 minutes
( exemple pour  4 personnes )
Pêcher un bar !
Prélever les filets et ôter les arêtes et la peau
compter 500 gr de filet pour 4 personnes

 Aller chercher 12 belles huîtres à la pointe du Bile .
Sur le marché de Pénestin aller chercher :
5 cl de crème fraîche et 50 g de beurre
1 citron et  un peu d’aneth
500 gr de poireaux
du gros sel de Guérande , de la fleur de sel et du poivre gris


A
Ouvrez les huîtres en prenant soin de conserver le jus en les détachant de leur coquille.
Réservez les huîtres au frais, puis versez 20 cl de jus d’huîtres dans une casserole.
Ajoutez la crème, la pincée d’aneth et menez le tout à l’ébullition.
Laissez infuser hors du feu 5 minutes et passez la sauce en conservant des graines d’aneth pour la décoration.

B
 Remontez le jus à l’ébullition, incorporez le jus de citron et, dans un bain-marie, ajoutez le beurre en morceaux sans cesser de fouetter.
Goûtez et rajoutez un peu de crème si la sauce semble trop salée ou citronnée.
Réservez au chaud.
C
 Lavez les poireaux.  Retirez les parties les plus vertes et émincez les blancs finement (5 mm).
Versez les poireaux dans une grande quantité d’eau bouillante salée et faites-les cuire à forte ébullition pendant 5 minutes
(les poireaux doivent rester légèrement croquants).
Égouttez-les et réservez-les au chaud.
D
 Taillez le filet de poisson en 8 portions égales.
Versez de l’eau dans le fond d’un couscoussier et portez-la à ébullition. Disposez le poisson dans la partie perforée, assaisonnez-le légèrement.
Posez cette partie au-dessus et fermez le couscoussier.
Faites cuire le bar pendant 5 à 8 minutes.
Les doigts doivent pouvoir légèrement pénétrer dans la chair du poisson quand il est cuit.
Tiédissez légèrement les huîtres dans une petite casserole
(la chaleur doit être supportable aux doigts de la main)
Disposez au centre de l’assiette la fondue de poireaux, dressez dessus le filet de bar et, autour, les huîtres tièdes.
C
 Nappez le tout de jus d’huîtres cuisiné et parsemez les huîtres de quelques graines d’aneth.
Servir et dégustez sans tarder avec un Cru Vallet 2014

 

 

Huitres de Pénestin, chaudes au Goulaine

HUITRE CHAUDE

Pour 4 personnes :

20 huîtres N°3 de Pénestin
1 pomme Granny-smith
250gr de crème épaisse
5cl de Goulaine clos du Ferré , le Royaume  2013
1 échalote
¼ Chèvre frais
50gr de mâche nantaise
Poivre
Gros Sel de Guérande

1. Ouvrir les huîtres en prenant soin de bien garder le jus.

2. Vider le jus des huîtres dans une casserole. Le faire réduire avec l’échalote ciselée, le Goulaine et la pomme épluchée et coupée en petits dés.
Laisser réduire de moitié et ajouter le chèvre frais en petits morceaux et la crème.

3. Laisser cuire 2min à ébullition et mixer la sauce. Passer la sauce à l’aide d’une passoire fine. Rectifier l’assaisonnement (poivre uniquement) et réserver.

4. Décoller l’huître de la coquille. Placer 2 à 3 feuilles de mâche nantaise au fond de la coquille, poser l’huître dessus et napper de sauce.

5. Passer au four bien chaud (250°) pendant 5 à 7 minutes et servir bien chaud sur un lit de gros sel de Guérande

Article du 19 juillet 2014

Producteurs et amis, ils gèrent leur boutique de vin ensemble

  • À la boutique des producteurs, chacune des trois familles a sa photo accrochée au mur dans son espace dédié. Ici, Jean-Joseph Brandeau devant le stand de Roland et Romain Petiteau-Gaubert.

L’histoire de la boutique des producteurs, c’est une rencontre amicale entre trois familles. Les Petiteau-Gaubert, les Brandeau et les Ruault. Les premiers sont amoureux des vignes, l’autre de la pomme. À l’origine, il y a Roland Petiteau-Gaubert. Producteur de muscadet à Vallet, en Loire-Atlantique, il reprend la cave familiale ouverte il y a 45 ans, rue du calvaire, à Pénestin.

Un jour, son épouse, Jeanine, fait un stage chez un vigneron dans le village d’Ambes, en région bordelaise. C’est le domaine de Jean-Joseph Brandeau qui produit du bordeaux issu de l’agriculture biologique. « Jeanine et moi avons sympathisé. Elle ma présenté son mari. Le courant est bien passé », se remémore Jean-Joseph Brandeau. Roland lance alors l’idée : vendre les productions de son ami dans sa boutique. « Le projet ma séduit et laventure a commencé ». Quelque temps après, lors d’une foire, les amis font la rencontre de Marie-Jo et Régis Ruault. Le couple produit du cidre, du vinaigre et des boissons à base de pomme, à Longuefuye, en Mayenne. Même topo. « On sest dit : pourquoi pas accueillir un troisième producteur dans la boutique ! »

La relève assurée par la jeune génération

Cela fait maintenant une vingtaine d’années que le groupe de copains s’est associé. Entre-temps, la boutique a déménagé à deux pas de là, rue de l’église. Aujourd’hui, la génération suivante a pris la relève. Les fils des trois exploitants, Romain, Pascal et Samuel, se sont eux aussi liés d’amitié et ont repris l’affaire. Ensemble, ils ont acheté les murs il y a deux ans et se sont associés en Groupement d’intérêt économique (GIE).

Et pour l’organisation, alors ?
La cave est ouverte de Mai à Octobre et presque tous les  week-ends
dans l’année.

« On se relaie trois jours par ci, trois jours par là pour accueillir les clients à la boutique. Cela se fait au prorata de nos ventes, comme ça, il ny a pas de jaloux. Celui qui a vendu le mieux lannée précédente assure plus de permanences », poursuit le producteur de Bordeaux.

L’avantage de ce fonctionnement ? « Le temps quon passe à la boutique permet aux autres de travailler sur leur exploitation. Cest dailleurs pourquoi le regroupement entre producteurs est une formule qui se développe de plus en plus ».

Le Domaine de La Tourlaudiere

 Le Domaine de La Tourlaudiere

est située à mi-chemin des bourgs de Vallet et de la Chapelle Heulin, entre les départementales 106 et 756
L’exploitation viticole s’étend sur presque 20 ha, et est traversée par le Poyet, ruisseau affluent de la Goulaine.

Roland a vinifié sa première récolte en 1976, un fameux millésime obtenu après une formation de technicien en viticulture œnologie au Château de la Tour Blanche, dans le Sauternais.
Jeanine a fait ses débuts de viticultrice avec le millésime 1982, après avoir effectué la même formation à l’Oisellerie à Angoulême.
En 1984, ils ont réuni, sous le nom de Petiteau – Gaubert, des terroirs et des vignes issus d’un patrimoine familial, datant du 17ème siècle.

Quand la relation qui unit le vigneron et sa vigne s’exprime avec passion et dans le respect des valeurs humaines et naturelles, la protection de l’environnement et la recherche de la qualité deviennent deux soucis majeurs.
C’est pourquoi le domaine de la Tourlaudière a été cultivé selon le cahier des charges  » Terra Vitis » entre 2004 et 2017
puis en Agriculture Biologique depuis 2018

L’observation, la réflexion et les choix agronomiques permettent d’aller dans le sens d’une agriculture durable .
et de récolter des raisins de qualité.
La vinification doit laisser les cépages et les terroirs s’exprimer.

Ainsi, les vins du Domaine de la Tourlaudière sont des produits de terroir et de vigneron
La plantation, l’entretien de la vigne, la récolte, la vinification, l’élevage des vins , la mise en bouteille, la préparation des commandes
et parfois la livraison chez les clients, sont effectués par les viticulteurs de la Tourlaudière

Les Muscadets sont plantés sur Amphibolithes ,Gabbros , Micaschistes , gneiss et Ortho gneiss
CopiePETITEAU
Les vins sont issus des cépages ; Chardonnay, Cabernet franc, Cabernet Sauvignon, Abouriou, Melon blanc , Pinot noir , Carmenère , Petit Verdot et Pinot gris
Le Domaine propose également une méthode traditionnelle brut, la « Tourlandise » un Pétillant naturel et des jus de raisin pétillants.

Le Domaine de la Vrille têtue

pascal
La Vrille têtue a fait le choix de l’agriculture biologique
c’est effectif depuis l’année 1990

Dans le souci de limiter au maximum les agressions à l’environnement et de l’environnement…
Pour un équilibre plus harmonieux du produit et du cadre de vie.
Ici, pas de produits chimiques de synthèse…

Nous « parlons » à la terre avec nos bras… …et du vieux matériel…
Nous cultivons et vinifions comme cultivaient et vinifiaient nos grands-parents…

Les engrais , des produits organiques…
Les traitements , de la bouillie bordelaise et du soufre…
Les désherbants , une bonne vieille charrue…
Les clarifiants du vin , du temps et de la patience…
Pour notre santé, et celle de la terre…  …un choix que, Pascal et moi, renouvelons chaque jour !….

Les vins du Domaine de la Vrille têtue
http://www.vrilletetue-vinbio-paysan.fr

logo vrille tetue


 

Le verger de la Rouérie

samuel et mélanie

Vous êtes les bienvenus aux Vergers de la Rouerie. Une  entreprise familiale qui se situe au cœur du bocage Mayennais.

Mélanie et Samuel RUAULT vous font découvrir leurs produits et leur savoir-faire.

Les terres de la Rouerie ont été exploitées pour la première fois par la famille RUAULT en 1917. A cette époque l’exploitation, de petite taille, pratiquait l’élevage de bovins ( Maine Anjou) et de chevaux Trait-du-Maine (Percherons). Déjà les vergers de pommiers hautes tiges permettaient d’assurer la fabrication de la boisson familiale, puis le surplus était vendu sur place aux particuliers.

L’entreprise s’est transmise de génération en génération (4ème), tout comme l’amour de la terre et toutes les traditions qui l’accompagnent.

A leur tour, en 1976 Régis et Marie-Jo s’installent à la Rouerie.

En 1989 ils décident de rénover les vergers existants, transformant ainsi l’entreprise familiale en atelier cidricole. S’en suivent de nouvelles plantations de variétés locales jusqu’en 1995, couvrant ainsi une surface de 15 hectares.

Les premières bouteilles de Cidre et de Jus de pomme furent commercialisées en 1994.

Au fil des années, l’arrivée de Samuel leur fils en 1998 permet d’étoffer la palette des produits de la ferme : Cidre brut, demi-sec, Poiré, Pommeau, Fine du Maine, Jus de pommes et Vinaigre.

En 2009, nous avons obtenu l’AOP Pommeau du Maine qui récompense une douzaine d’années d’efforts d’une équipe de producteurs passionnés de cidre.

Les produits des vergers de la Rouerie
la rouerie logo
http://www.vergersdelarouerie.fr/produits/